Ma (mes) premier (es)...
Parle de ton expérience sans aucun tabou.

Cuchulaincuchu
Messages : 5
Enregistré le : Jeu 25 Aoû 2016 14:36

Ma (mes) premier (es)...

par Cuchulaincuchu » Lun 29 Aoû 2016 01:12

Salut les mecs.
Je vais vous raconter non pas ma première mais mes premières branles entre pote. Les expériences qui ont mené à mon envie de continuer aujourd'hui à chercher ce plaisir.


:arrow: premiere
La première fois je devais avoir 13 ans. Et, ça fait un peu cliché, j'étais chez les scouts. Pas vraiment sur de moi déjà grand, au moment où ma virilité commençait à grandir un peu, un peu rond, j'avais lié amitié avec un des plus vieux, 15 ans. Il m'acceptait comme j'étais et on passait pas mal de temps ensemble.
Comme nous le faisions parfois, nous sommes partis en week end en forêt, dans les rochers de Fontainebleau. Nous etions une vingtaine de mecs. La nuit tombée nous nous sommes tous installés dans une grotte, les chefs étaient dans une grotte voisine. Les magasines erotiques circulaient en douce en général juste entre groupe, discrètement mais ce soir là, des dizaines de magazines passaient de main en main.
Avec mon pote, légèrement a l'écart, nous avons commencé à regarder les pages éclairées de nos lampes torches.
On entendait un peu partout les mecs chuchoter et ricaner dans la grotte, celui qui avait ramené les magasines lâcha un : alors les mecs, ça se branle?
Mon pote se tourne vers moi et me dit: il a raison tiens on va se branler puis il éteint sa torche, se retourne dans son sac de couchage et commence à se carresser la queue. Dans le noir quasi intégral je ne voyais que de vagues reflets sur son duvet. Je me mis à l'imiter.
J'essayais d'être le plus discret possible, évitant les bruits de frottement pour ne pas attirer l'attention d'un de mes camarades.

Mon pote se tourna vers moi et me dit: j'ai envie de me faire branler, tu veux pas me le faire ?
J'ai hésité quelques instants, perdu entre la peur de me faire surprendre, celle de toucher la queue d'un mec et l'excitation et il me suppliait: allez je te le fais si tu veux mais tu commences.
Il avait entrouvert son duvet pour que je puisse y passer la main.
J'y découvrais alors une queue qui me semblait énorme. La sensation chaude me plaisait. Sa queue était douce, bien raide et une peau un peu moelleuse autour. Son gland epais était légèrement mouillé et son prépuce glissait à merveille.
J'entendais sa respiration devenir plus forte. J'aimais lui faire du bien. De l'autre main je continuais de me branler.
Tout doucement il se tourna vers moi et me demanda : tu veux y goûter?
J'ai hésité encore mais moins, l'envie de decouvrir était trop forte.
J'ai plongé la tête dans son duvet et pris ce gland en bouche. La Sensation Était Merveilleuse: la douceur et l'épaisseur de son gland, sa mouille légèrement salée et son corps et sa respiration qui montraient son plaisir. J'étais aux anges. Malheureusement un chef est venu jeter un oeil et prendre sur le fait deux mecs qui parlaient un peu trop fort il décida de rester dans la grotte avec nous.
Plus question de prendre le risque du moindre bruit mais je me suis quand même endormi avec ma main sur sa teub toujours raide.
Le lendemain nous nous sommes echappés un moment pour nous trouver une toute petite grotte discrète ou j'ai pu le sucer de nouveau et le faire jouir avec la main. Il a déménagé après ce week end et je ne l'ai jamais revu.

:arrow: deuxieme
J'étais au lycée. Après avoir redoublé je le suis retrouvé dans la même classe qu'un ami d'enfance. Très heureux de se retrouver ensemble nous passions, comme lorsque nous étions enfants, beaucoup de temps ensemble bien qu'avec l'âge nos centre d'intérêt avaient changé. Nous n'étions pas du genre à parler cul, en tout cas jamais pour se vanter ni pour échanger nos expériences. Nous fumions surtout en discutant de tout et de rien en écoutant de la musique. Refaire le monde surtout.
Je ne vais pas vous mentir, je ne me souviens pas comment on en est arrivés là : nous étions assis côte à côte à fumer et parler et je sais que quelques instants après on s'est retrouvé la queue à la main. Puis la queue de l'autre à la main. Après l'avoir fait jouir il a continué de m'astiquer (je peux être très long à ejaculer )jusqu'à ce que je crache des jets énormes tombant sur mon t shirt mon visage et mes cheveux, un jet étant passé au dessus de ma tête. Une incroyable explosion.
Nous n'avons jamais évoqué ce moment de nouveau.

:arrow: troisième

Toujours au lycée un peu plus tard, un de mes potes, sportif venait souvent squatter à la maison et, quand mes parents étaient en vacances, dormait même chez moi ou passait tout les jours. Comme avec mon autre pote on refaisait le monde en fumant et puis on se faisait découvrir nos deux univers. Moi lui faisant découvrir des livres et des films lui des séries et de la musique.
Un jour d'ete alors que mes parents étaient partis et que nous étions devant la télé, étouffant de chaleur, il me demanda si ça me dérangeait qu'il se mette en caleçon, je lui répondis que non et qu'il pouvait se mettre à poli s'il voulait.
- Nan quand même pas à poïl
- bah on est fait pareil je m'en fout moi, si c'est ça qui te gêne je me fout à poil aussi il fait chaud et c'est agréable d'être à poil ça t'arrive jamais .
- avec ma soeur qui est toujours la et mes parents je fais ca que dans ma chambre mais tas raison OK vas y.
Et nous nous deshabillons. Réflexe normal de mec a poli devant la télé on se tripote sans vraiment y penser. Moi j'en profite je l'asticote un peu : bah alors on se touche?
-bah oui normal. Mais je vais pas me branler non plus.
-tu pourrais
-pas devant toi comme ça
- bah pourquoi pas? Tu le fais je le fais, on est des mecs on le fait tous on sait tous ce que c'est.
A la fois gêné et en même temps intéressé avec un petit sourire aux lèvres il me dit OK bah vas y, on se branle.
Et chacun de son côté, cuisse contre cuisse, puis ma jambe par dessus la sienne je lui propose de le branler et il accepte. Il me dit que c'est bon, qu'il aime ça et je lui demande de me faire la même chose. Il s'exécute.
Après un moment comme ça je lui demande clairement si ça lui dirait qu'on se suce. Au début hesitant je ne tarde pas à le convaincre et nous voilà à nous sucer mutuellement chacun son tour et en 69.
Nous nous roulons une pelle mais ça ne lui plaît pas trop, nous finissons à la main et nous ejaculons sur nos torses respectifs.
A partir de ce jour et jusqu'à ce qu'il quitte le lycée quelques mois plus tard nous avons continué à nous foutre a poil et a nous branler ensemble et nous sucer.
Nous sommes même partis en vacances avec mes parents et chaque nuit nous partagions notre plaisir commun .

merci de m'avoir lu jusqu'au bout et n'hésitez pas à commenter et à raconter vos expériences !!!!

Cuchulaincuchu
Messages : 5
Enregistré le : Jeu 25 Aoû 2016 14:36

Re: Ma (mes) premier (es)...

par Cuchulaincuchu » Mar 30 Aoû 2016 11:52

Merci pour ton récit! J'aurai aimé être le branleur de service aussi ^^

Phoinix
Messages : 48
Enregistré le : Lun 16 Déc 2013 08:13

Re: Ma (mes) premier (es)...

par Phoinix » Jeu 1 Sep 2016 09:46

Merci pour vos récits les gars, c'est bien bandant de vous lire !

Cuchulaincuchu
Messages : 5
Enregistré le : Jeu 25 Aoû 2016 14:36

Re: Ma (mes) premier (es)...

par Cuchulaincuchu » Ven 2 Sep 2016 11:24

De rien. Tu as posté ton histoire deja toi?

Phoinix
Messages : 48
Enregistré le : Lun 16 Déc 2013 08:13

Re: Ma (mes) premier (es)...

par Phoinix » Ven 2 Sep 2016 13:26

Non, c'est vrai...

- la 1re fois : j'avais 11 ans, avec un gamin de mon âge, chez qui je dormais ; on a passé une bonne partie de l'été à se branler mutuellement dès qu'on pouvait (essentiellement dans la piscine de sa résidence, fort peu fréquentée, et le soir sous la couette, vu qu'on partageait le même lit. On bandait dur, par contre on n'éjaculait pas encore ; du coup j'en garde un souvenir mitigé, comme si j'avais raté qqch.

- la 1re fois sérieuse avec un autre gars (je laisse de côté quelques séances de matages dans les chiottes du lycée ou de la fac…) : c'était durant mes études, à l'internat, j'avais alors 21 ans. L'internat était très soft -- quand je compare ce qu'il s'y passait avec certains récits lus sur ce site : aucune branle collective dans les douches (il s'agissait de boxes individuels fermés) ni dans les chambres (ou alors, je n'étais pas invité^^), mais je m'étais lié d'amitié avec un Italien (l'internat était en Italie). On passait pas mal de temps ensemble -- en toute "amitié" -- et, comme il apprenait le français, je lui avais proposé de venir lire un peu de littérature française dans ma chambre le soir histoire de s'entraîner. Nous étions assis côte à côte dans le divan de ma chambre, et à mesure qu'il lisait la nouvelle de Maupassant qu'on avait commencée, sa bouche s'est rapprochée de la mienne, puis on a sorti nos queues et on s'est branlés mutuellement. L'expérience m'a tellement plu que j'ai continué assidûment !!!

pimiento67
Messages : 1
Enregistré le : Sam 14 Juin 2014 04:31

Re: Ma (mes) premier (es)...

par pimiento67 » Dim 29 Déc 2019 08:56

J’adore ce type de témoignages pleins de désirs et d’appréhension. Très touchant.

bobparis
Messages : 88
Enregistré le : Lun 10 Aoû 2015 20:35

Re: Ma (mes) premier (es)...

par bobparis » Dim 29 Déc 2019 11:20

Quand j'avais 4 ans nous habitions dans un petit appartement ou salle de bains et cuisine n'étaient pas séparés. Quand un adulte prenait sa douche, personne ne se trouvait dans la cuisine, sauf quand il s'agissait de mon oncle maternel : là je pouvais librement entrer et sortir. Et j'étais fasciné par son sexe que je trouvais énorme (même s'il n'était pas en érection). La vue de son sexe a provoqué ma première érection, et à chaque fois qu'il venait passer un week-end et allait prendre sa douche, je m'arrangeais pour pouvoir rentrer dans la cuisine et regarder son sexe. Mon érection était alors instantanée. Je l'ai maté pendant de nombreuses années.
Dès ce moment je m'efforçais par tous moyens de pouvoir me trouver dans des situations ou je pourrais voir des sexes de garçons pubères, en plus de celui de mon oncle. Mais à part entrapercevoir le sexe d'un cycliste qui urinait le long de la route,... je n'arrivais pas à voir de sexe d'homme. J'essayais alors de les deviner (forme et contour) sous les pantalons et y arrivais parfois, quand le pantalon était ajusté, qu'il était assis,...
Vers l'age de 10 ans une piscine a été construite et chaque mercredi après-midi l'instituteur nous y enmenait. Un jour, nous nous sommes trouvés dans les vestiaires à nous changer en maillot de bain avec un groupe de "grands" de 14 ans. L'un d'eux s'est changé juste à côté de moi et j'ai pu voir son sexe d'ado pubère avec des poils au dessus du sexe et sur les bourses, sexe plus gros que le mien... Je me caressais le sexe alors tous les jours en y pensant sans pouvoir bien sur éjaculer. Un autre jour le maître nageur s'est changé à côté de moi. j'ai vu un sexe gros, long, l'extrémité rouge violacée et avec plein de poils pubiens. Je matais et essayais d'enregistrer mentalement ce cliché pour mon plaisir solitaire quotidien ultérieur.
L'été de mes 12 ans (j'ai eu 12 ans le 28/08) mes parents avaient acquis une maison beaucoup plus grande et nous passions tout Juillet et Aout à lessiver et repeindre nous même chaque pièce. Un de mes cousins de 17 ans (Yves) nous aidait. Il faisait très chaud et nous travaillons, lui et moi, en maillot de bain. Je devais être pubère à la fin de cette année là.
Régulièrement, alors que nous travaillions tous les deux en maillot de bain, il plongeait sa main droite dans son maillot de bain pour rajuster sa queue qu'il portait à gauche. A chaque fois qu'il faisait ce geste j'essayais de voir son sexe, mais je ne voyais qu'une touffe de poils noirs que je n'avais pas et celà m'incitait à en voir plus. Le soir il se changeait dans ce qui devait devenir le salon. Très vite, un soir il a continué à me parler tout en se dirigeant vers le salon et il m'a dit que je pouvais rentrer dans le salon si je le voulais, que ça ne le dérangerais pas que je le vois se changer. Je l'ai suivi et il s'est changé dos à moi puis il s'est tourné face à moi en prenant son temps. Je ne pouvais détacher mes yeux de son sexe que je trouvais énorme. Je voyais tous ses poils noirs et enfin ce quil y avait en dessous : sa queue longue et pendante, son gros gland calotté et ses couilles velues.
J'étais en érection permanente et le soir je me suis caressé le sexe et l'ai frotté sur le matelas jusqu'à tomber de sommeil.
Pendant plusieurs soirs il s'est changé devant moi de la même manière. Puis un soir il m'a dit que si je le voulais je pouvais assister à sa douche. j'ai dit oui bien sur. Il a pris sa douche dans la salle de bains de l'étage, face à moi toujours. Il s'est savonné bien lentement tout le corps et le sexe sans me quitter des yeux et sans que mes yeux ne puissent revenir à autre chose que son sexe.
Mon cousin, remarquant l'intêret que je portais à son sexe, se mit à me parler de son sexe quand il se douchait les jours suivants, me montrant et m'expliquant comment on se décalottait le gland pour se laver... J'étais en état d'érection permanente sous mon maillot de bain.
Cette maison avait des toilettes au rez-de-chaussée à coté de la cuisine avec une petite fenètre donnant sur le coté de la terrasse. Ma curiosité alors était de savoir, la cuvette des WC étant dos à la fenètre, si quand nous habiterions là et qu'un homme urinerait la fenètre ouverte, l'on pourrait voir son sexe.
Un jour j'ai osé poser la question à mon cousin. Il m'a répondu : on va faire un essai et on verra bien si l'on voit quelque chose. Nous y sommes allés tous les deux en maillot de bain. Il m'a dit on commence par toi. Je me suis mis debout devant la cuvette et face à cette petite fenètre ouverte, mais sans sortir mon sexe et lui penchait la tête par le côté de la ballustrade de la terrasse, face à la petite fenètre.. Il m'a dit qu'il ne voyait pas mon sexe et qu'il fallait que je recule. j'ai reculé progressivement jusqu'à ce qu'il me dise que là si mon sexe était sorti de mon maillot de bain, il pourrait le voir... Mais je n'ai pas sorti mon sexe pour autant.
Il m'a dit on va échanger nos places. Il était devant la cuvette des WC et moi sur la terrasse et je penchais ma tête sur le côté de la ballustrade, face à la petite fenètre. Il avait entièrement sorti son sexe mais je ne pouvais le voir, par contre je voyais ses poils pubiens. Je voyais qu'avec sa main il se caressait sous ses poils pubiens.
Je lui ai dit que je ne voyais que ses poils et pas son sexe. Il s'est reculé lentement, jusqu'à ce que je découvre son sexe pour la première fois entièrement en érection, tout droit devant, dur, énorme. C'était la première fois que je le voyais en érection et que je voyais un sexe d'homme en érection. J'étais fasciné. Je lui ai dit que son sexe était devenu énorme et avait eu son volume démultiplié; il m'a dit que si je voulais je pouvais venir le voir de plus près. Et que si son sexe avait grossi c'est qu'il bandait. Je ne connaissais pas ce mot; Je le lui ai dit; Il m'a dit viens voir de près comme ça tu apprendras pour quand tu seras plus grand. Je l'ai rejoint dans les toilettes et l'ai maté de très près. Son sexe était vraiment énorme(il faisait 21 cms : quelques jours après on s'est mesuré la verge et moi à l'époque je ne faisais que 11cms); et c'est une des plus longues et grosses queues que j'ai jamais vues. Et c'était la première... Sa queue était entretemps entièrement dressée en direction de son nombril qu'elle dépassait, le gland a demi décalotté, violacé et luisant et sa queue bougeait par à coups, sa queue parcourue par le dessous par une veine très importante. Il m'a dit et toi tu ne m'as jamais montré la tienne. Je lui ai alors montré. Puis il a attrapé ma main et l'a mise sur sa queue et il a caressé ma queue. J'ai été très surpris, il m'a invité à faire de même, je lui ai alors empoigné la queue dure comme du bois.
Le reste de cet été là, dès que nous le pouvions, on se montrait nos queues, se les matait, se les tripotait, se les palpait. Il m'a appris à le branler. Je l'ai fait éjaculer (grande première pour moi) et il m'a expliqué que ce liquide épais et blanc que j'étais étonné de voir sortir de sa queue, c'était du sperme. Il m'a branlé mais je ne pouvais éjaculer.
Quelques mois plus tard mes poils pubiens avaient poussé, ma queue avait grossi aussi bien au repos qu'en érection, j'ai éjaculé la première fois en me branlant avec lui. j'ai senti qu'un liquide allait sortir et j'avais peur d'uriner. Je le lui ai dit, il m'a dit c'est le sperme qui va sortir, laisse faire. j'ai laissé, c'était incroyablement bon les jets blancs comme les siens ont fusé partout. Dans les années qui ont suivi je me branlais 3 à 4 fois par jour; et je me branle encore quotidiennement.

jdparisnord
Messages : 8
Enregistré le : Mar 28 Mai 2019 13:58

Re: Ma (mes) premier (es)...

par jdparisnord » Dim 20 Juin 2021 17:47

Superbe vos histoires, merci de les avoir partagé.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Nous sommes le Dim 25 Juil 2021 00:50